Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

Secrétaire au tourisme du Kenya: plus de visiteurs et moins d'éléphants morts

0a1a-78
0a1a-78

L'année dernière, le secrétaire du Cabinet kényan du Tourisme, Najib Balala, a atteint son objectif d'accueillir plus de deux millions de visiteurs au Kenya au cours de son mandat et était sûr de le rapporter à l'ITB. La plupart des visiteurs viennent encore des États-Unis, suivis des marchés anglais et indien. L'Allemagne arrive en cinquième position avec 68,000 XNUMX visiteurs.

Balala s'est déjà fixé un nouvel objectif: que cinq millions de voyageurs visitent ce pays d'Afrique de l'Est d'ici 2030. Pour y répondre, le Kenya continue d'investir massivement dans le tourisme, qui représente 14% de son produit intérieur brut. «Un touriste sur 11 crée un emploi», a déclaré Balala.

Bien que la plupart des visiteurs soient toujours attirés par les plages ou les parcs nationaux du Kenya pour des safaris, d'autres régions doivent être rendues plus accessibles aux touristes. «Le Kenya a tellement de régions qui n'ont pas encore été développées - pensez au nord, qui est maintenant beaucoup plus sûr, ou à la zone autour du mont Kenya», a expliqué Balala.

Pourtant, une augmentation supplémentaire du nombre de visiteurs ne peut pas se faire aux dépens de la nature, a souligné Balala, dont le ministère est devenu responsable de l'administration du parc national du Kenya Wildlife Service il y a quelques années. Après avoir rencontré des problèmes importants avec les braconniers entre 2012 et 2015, les contre-mesures comme une unité anti-braconnage alors mise en place se révèlent désormais efficaces. 40 éléphants ont été victimes de braconniers en 2018 - rien comparé aux 400 animaux qui ont donné leur vie pour leurs défenses six ans plus tôt.