Projet automatique

Lisez-nous | Écoutes nous | Regarde nous | Rejoignez live Events | Désactiver les annonces | En ligne |

Cliquez sur votre langue pour traduire cet article:

Afrikaans Afrikaans Albanian Albanian Amharic Amharic Arabic Arabic Armenian Armenian Azerbaijani Azerbaijani Basque Basque Belarusian Belarusian Bengali Bengali Bosnian Bosnian Bulgarian Bulgarian Catalan Catalan Cebuano Cebuano Chichewa Chichewa Chinese (Simplified) Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Chinese (Traditional) Corsican Corsican Croatian Croatian Czech Czech Danish Danish Dutch Dutch English English Esperanto Esperanto Estonian Estonian Filipino Filipino Finnish Finnish French French Frisian Frisian Galician Galician Georgian Georgian German German Greek Greek Gujarati Gujarati Haitian Creole Haitian Creole Hausa Hausa Hawaiian Hawaiian Hebrew Hebrew Hindi Hindi Hmong Hmong Hungarian Hungarian Icelandic Icelandic Igbo Igbo Indonesian Indonesian Irish Irish Italian Italian Japanese Japanese Javanese Javanese Kannada Kannada Kazakh Kazakh Khmer Khmer Korean Korean Kurdish (Kurmanji) Kurdish (Kurmanji) Kyrgyz Kyrgyz Lao Lao Latin Latin Latvian Latvian Lithuanian Lithuanian Luxembourgish Luxembourgish Macedonian Macedonian Malagasy Malagasy Malay Malay Malayalam Malayalam Maltese Maltese Maori Maori Marathi Marathi Mongolian Mongolian Myanmar (Burmese) Myanmar (Burmese) Nepali Nepali Norwegian Norwegian Pashto Pashto Persian Persian Polish Polish Portuguese Portuguese Punjabi Punjabi Romanian Romanian Russian Russian Samoan Samoan Scottish Gaelic Scottish Gaelic Serbian Serbian Sesotho Sesotho Shona Shona Sindhi Sindhi Sinhala Sinhala Slovak Slovak Slovenian Slovenian Somali Somali Spanish Spanish Sudanese Sudanese Swahili Swahili Swedish Swedish Tajik Tajik Tamil Tamil Telugu Telugu Thai Thai Turkish Turkish Ukrainian Ukrainian Urdu Urdu Uzbek Uzbek Vietnamese Vietnamese Welsh Welsh Xhosa Xhosa Yiddish Yiddish Yoruba Yoruba Zulu Zulu

L'UE et Airbus citent les États-Unis pour leur inaction qui pourrait coûter des milliards

milliards
milliards
Avatar
Écrit par éditeur

L'Organe d'appel de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a rejeté chaque argument des États-Unis alors qu'il a pris en compte tous les points juridiques de l'UE. En outre, la plus haute juridiction de l'OMC a également qualifié un certain nombre d'autres programmes fédéraux et étatiques américains de subventions illégales, voire de subventions interdites comme dans le cas du programme de la Foreign Sales Corporation (FSC), une victoire majeure pour l'UE.

Airbus a accueilli favorablement le rapport de l'Organe d'appel de l'OMC, publié aujourd'hui, qui confirme que les États-Unis n'ont pas retiré les subventions accordées par les autorités fédérales, étatiques et locales à Boeing et n'ont pas supprimé le préjudice que ces subventions ont causé à Airbus.

Le rapport demande que de nouvelles mesures de conformité soient nécessaires de la part des États-Unis et de Boeing. Ne pas le faire donnera à l'Union européenne la possibilité de rechercher des contre-mesures sur les importations de produits américains.

Airbus L'avocat général John Harrison a déclaré: «Il s'agit d'une victoire claire pour l'UE et Airbus. Il confirme notre position selon laquelle Boeing, tout en pointant du doigt Airbus, n'a pris aucune mesure pour se conformer à ses obligations dans le cadre de l'OMC, contrairement à Airbus et à l'UE. Avec ce rapport préjudiciable, continuer à nier qu'ils reçoivent des subventions illégales massives du gouvernement américain n'est plus une option. En d'autres termes, en l'absence de règlement, les États-Unis paieront - à perpétuité - des milliards de sanctions annuelles entraînées par chaque programme volant de Boeing, tandis que l'UE ne serait confrontée, dans le pire des cas, qu'à des problèmes mineurs.

Il a ajouté: «Nous espérons que ces résultats inciteront les États-Unis et Boeing à avancer de manière constructive dans ce différend de longue date et à se joindre à nous pour œuvrer en faveur d'un environnement de commerce équitable. En l'absence d'une approche constructive, l'UE dispose désormais d'un dossier juridique très solide pour avancer vers des contre-mesures. »

Airbus remercie la Commission européenne et les gouvernements français, allemand, britannique et espagnol pour leur soutien continu tout au long du long processus de règlement des différends. Leurs efforts de longue date pour rétablir des règles du jeu équitables montrent désormais clairement des résultats.